Chronique d'une sophrologue confinée!

(Joli nom pour aborder ce qui me pèse sur le cœur)



Aïe aïe aïe, le couperet est de nouveau tombé !


L'ombre d'un reconfinement qui planait au dessus de nos têtes depuis plusieurs jours s'est finalement abattue sur nous.


On était déjà dans le flou, nous sophrologues, obligés de se renseigner après chaque annonce gouvernementale, victimes d'un manque d'information profond, d'un manque de cohérence des réponses au niveau territorial nous projetant tout bonnement dans le génial épisode d'Asterix et ses douze travaux (comment ça vous n'avez pas le formulaire 365 b, haaaa non alors tous les sophrologues doivent d'abord le retirer au quatrième étage, bureau 37, au fond à gauche puis à droite puis à gauche puis revenir me voir avec pour peut-être, éventuellement, probablement mais pas sûr, que je vous dise si vous pouvez recevoir après 18h....)